10 questions à Julie Koustanaï, la sophrologue qui accompagne les sportifs

10 questions à Julie Koustanaï, la sophrologue qui accompagne les sportifs


« Toujours plus haut, toujours plus fort…toujours croire en soi », telle est la devise de Julie Koustanaï, porteuse de la Flamme Olympique pour les JO d’Alberville, qui deviendra sophrologue certifiée RNCP quelques années plus tard. Elle raconte même que c’est sa sophro-philosophie !

Étant elle-même sportive et consciente de la dimension psychologique de la gestion de la performance, Julie a souhaité développer l’approche « sophrologie et sport ».

Aujourd’hui, elle travaille auprès des sportifs (amateurs et haut niveau) sur : la gestion du stress, la concentration, la performance, l’optimisation de la récupération, la correction d’un geste technique (positionnement du pied)…

Découvrez avec nous comment et pourquoi utiliser la sophrologie quand on est runner.

1. Qu’est-ce que la sophrologie ?

La sophrologie est une méthode psychocorporelle, basée sur des techniques de respiration , de détente musculaire, et de visualisation positive. Elle doit son origine au Docteur Alfonso CAÏCEDO, Neuropsychiatre (1932 -2017 ) qui aux travers de méthodes orientales et occidentales telles que la méditation, le bouddhisme, le zen, l’hypnose … a souhaité grâce à des exercices adaptés, tendre vers un bien-être au quotidien et développer son potentiel.

La définition de la sophrologie est la suivante : «SOS » : harmonie; « PHREN » :esprit, « LOGOS » : science. Etude de l’esprit harmonieux c’est à dire l’alliance entre le corps et l’esprit. Comment faire pour être en harmonie avec soi, gérer ses émotions…

La sophrologie permet de prendre conscience de quelque chose (constatation d’un besoin), et grâce aux ressources internes propre à chacun, on pourra atteindre un objectif.

La sophrologie est différente de la psychologie qui traite de l’origine d’un état (pourquoi est-on dans cet état ?) mais peuvent tout à fait être complémentaire.

2. Comment choisir un bon sophrologue ?

Depuis quelques années les médecines dite alternatives se sont développées en France comme la sophrologie. Certain(e)s ont choisi dans leur parcours d’ajouter cette méthode à leur métier actuel ou d’en faire un métier à part entière.

Choisir un sophrologue diplômé

Le sophrologue exerce en profession libérale.

La profession n’est pas réglementée même si certaines instances travaillent actuellement à la reconnaissance de la profession.

A ce jour, le Titre de RNCP (Répertoire National des Certification Professionnel – reconnu par l’Etat) est la seule distinction officielle du métier de sophrologue car il garantit un niveau de qualification.

Les prérequis pour être un bon sophrologue

Les personnes exerçant le métier de sophrologue ont un attrait pour la relation d’aide : l’envie d’accompagner, d’aider les autres.

Le Code de Déontologie des Sophrologues indique également les qualités suivantes : l’écoute, l’empathie, la relation de confiance, de confidentialité, de respect et de tolérance vis à vis d’autrui.



3. La sophrologie joue-t-elle un rôle dans la prévention et le soin des blessures ?

La sophrologie est utile auprès des sportifs dans la gestion des douleurs et des blessures.

Pour rappel, le sophrologue ne guérit pas. Cependant, il peut en complément d’un professionnel médical ou paramédical (médecins, psychologues, kinésithérapeutes, ostéopathes, diététiciens, nutritionnistes, podologues…), intervenir afin d’apprendre à l’athlète à gérer ce moment.

Lorsque le diagnostic est posé, le sophrologue va permettre au sportif d’apprendre à gérer sa blessure.

Lors de la première séance, le sophrologue questionnera le sportif pour savoir comment organiser les séances suivantes en fonction du besoin que cela soit pour la prévention ou la gestion de blessure.

Concernant la prévention, il s’agira de prévenir par exemple la douleur, les mauvais appuis, l’appréhension…. Et pour la gestion de la blessure, il s’agira de prendre en compte plusieurs paramètres (entraînement, compétition, environnement…) afin de réaliser les séances en fonction des échéances et de pouvoir ainsi mentaliser la reprise.

4. La pratique de la sophrologie permet-elle d’améliorer les performances ?

Oui. L’amélioration de la performance est possible grâce à la sophrologie. Grâce à des questions et à certaines informations concernant la gestion d’une course, le sportif pourra améliorer ses performances.

Les séances mises en place pourront alors être en adéquation avec la demande.

5. La sophrologie est-elle réservée aux athlètes de haut niveau ?

La sophrologie dans le sport est utilisée de l’amateur au sportif de haut niveau.

Tout sportif ayant un besoin spécifique dans la réussite/gestion de son sport peut utiliser la sophrologie pour atteindre ses objectifs.

Les séances sont organisées de la même manière que cela soit en cabinet ou en extérieur suivant la demande; seul l’objectif changera d’un sportif à un autre qu’il soit amateur ou de haut niveau.

La sophrologie peut également être utilisée pour les personnes ne souhaitant pas participer à des compétitions mais simplement pour améliorer une performance, mémoriser un geste technique, gérer son effort…. Chacun peut viser à améliorer sa pratique sans pour autant envisager la compétition.

6. Quand aller chez un sophrologue ? Peut-on pratiquer en autonomie ?

Pratiquer la sophrologie c’est s’accorder un temps pour soi. Il existe certes des applications ou des vidéos sur Internet. Cependant, vous n’aurez pas toutes les explications, c’est ce que me disent les personnes qui viennent à mon cabinet, il leur manque la pratique avec un professionnel pour assimiler la technique.

Un professionnel vous apprendra à mobiliser vos ressources internes pour atteindre vos objectifs. Sans une explication au préalable, il est parfois difficile pour certains de comprendre les sensations du corps ou de les intégrer. C’est grâce aux intentions induites lors des séances que l’on arrive à atteindre un objectif.


7. Auriez-vous quelques recommandations pour débuter la sophrologie ?

La sophrologie vise l’autonomisation des personnes, le sophrologue est là pour guider. Ensuite la pratique seule est possible lorsque l’on a intégré la technique.

Quand doit-on aller chez un sophrologue ? Dès que le besoin s’en fait ressentir. Cependant, lorsqu’un objectif comporte une date précise, il faut prévoir le temps nécessaire au déroulement de toutes les séances pour répondre à la demande.

8. Comment se déroule une séance de sophrologie ?

Une séance de sophrologie en sport dure environ 1h30 et se déroule de la manière suivante :

– un temps d’échange (10mn)

– un temps de pratique (environ 70mn)

– un temps d’échange (10mn)

9. Faut-il faire plusieurs séances ?

Pour atteindre un objectif il faut en général entre 7 et 10 séances réparties sur 2 à 3 mois.

C’est la définition de l’objectif lors de la première séance qui permettra de déterminer ce nombre.

10. Combien coûte une séance de sophrologie ?

Le tarif peut varier de 60€ à 80€ (voire plus) en fonction du lieu géographique. Certaines mutuelles remboursent quelques séances.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags

Copyright© Julie KOUSTANAÏ - All rights reserved

2016 sophrologue-koustanai. Créé avec Wix.com